La Parole de ce dimanche étonne par le nombre de fois où le verbe «confier» revient. « Un homme (appelé aussi «maître» et «Seigneur»), qui part en voyage, appelle ses serviteurs et leur confie ses biens ». Le verbe confier revient au moins cinq fois dans cette parabole. Je tiens à faire remarquer que ce verbe (confier) est de la même racine que les termes français «confiance», «fidélité», «fidèle», «foi», etc. Le mot «confier» est formé de deux mots latin : « con- » (pas le gros mot) qui signifie avec et « fidere » signifiant croire, avoir foi. Faire confiance à quelqu’un c’est justement croire que cette personne est fiable.

Avez-vous jamais remarqué? Dans la vie (que ce soit en amitié, en amour, au travail, dans la relation aux autres…), il n’y a rien de plus exaltant que de savoir que quelqu’un nous fait confiance. Lorsqu’on a confiance en quelqu’un, on ne craint pas de se tromper, d’être original et de prendre de l’initiative. Aussi, c’est quand on est en confiance » que l’on peut aller plus loin dans la vie. Par contre, si l’on a le sentiment que quelqu’un ne nous fait pas confiance, la peur s’installe rapidement; on n’ose pas prendre de l’initiative. L’évangile d’aujourd’hui nous rappelle que Dieu nous fait confiance de manière admirable et absolue. Savons-nous, en retour, lui donner une confiance réciproque ?

Catégories : Mot de Rodhain