Qu’est-ce que l’Avent ? L’Avent adventus (signifiant « avènement ») célèbre la triple avènement du Seigneur : il est venu (il est né à Bethéem : un événement passé dont nous célébrerons l’anniversaire le 25 décembre); il vient encore chaque jour de différentes manières (un événement présent); il reviendra à la fin des temps (un événement à venir).

1. Préparation à la fête de la Nativité (Noël) : il est venu;

2. Célébration de la venue quotidienne du Christ en nous : il vient;

3. Attente ou veille face au retour du Christ : il viendra;

 

La liturgie de l’Avent se dépolie dans ces trois significations : ainsi du premier dimanche jusqu’au 16 décembre, les textes évoquent le retour du Christ à la fin des temps et sa présence parmi nous. Le thème principal est l’appel à veiller.

Le mot «veille» qui caractérise le temps de l’Avent doit toujours être nouveau, si on veut que l’Avent ne soit pas une répétition des Avents précédents. Ce n’est pas pour rien que dans l’évangile de Marc de ce 1er dimanche de l’Avent, le mot veillez revient 4 fois en 5 versets.

 

Le terme «veiller» peut recouvrir plusieurs sens

  • Il peut avoir le sens d’attendre passivement un événement. Il y a pleins de gens qui attendent Dieu de cette façon un peu comme le troisième serviteur dans la parabole des talents. C’est désespérant une telle attente, puisque ça fait des milliers d’années qu’on attend et cette attitude ne changera rien pour des milliers d’années encore.
  • Veiller peut également avoir le sens positif : une attente qui, tout en reconnaissant un événement, nous amène à agir. Attendre quelqu’un qui est déjà là, c’est chercher à le reconnaître, à le rencontrer. Ça nous rend actif, vigilant et attentif. Une attente nous rend actifs et (co)responsables. Sinon, l’Avent serait inutile et illusoire.

 

Thème proposé pour l’avent 2014 : accueillir la bienveillance de Dieu

Bienveillance: du latin «bene» = bien et «volere» = vouloir . Vouloir le bien, viser le bien. Terme parent : bénévole, bénévolat.

La bienveillance est disposition du cœur, une affection qui vous porte à désirer le bien, c’est- à-dire le bonheur de l’autre. Disposition particulièrement généreuse et favorable à l’égard de quelqu’un.

 
Synonymes
  • affabilité;
  • amabilité;
  • bienfaisance;
  • bonté;
  • cordialité;
  • douceur;
  • faveur;
  • grâce;
  • magnnimité;
  • mansuétude;
  • prévévance;
  • sympathie.
 
La bienveillance de Dieu

Que signifie que Dieu est bienveillant? Le mot hébreu “hèsèd” traduit par bienveillance est difficile à dire en français, tellement sa signification est riche. Il est souvent employé pour parler de la bonté de Dieu dans le contexte de l’alliance. Il signifie la loyauté et la fidélité de Dieu à l’égard de son peuple envers qui il s’est formellement engagé. La bienveillance de Dieu signifie également sa tendresse et sa grâce manifestées envers son peuple. Il n’existe pas de mot en français qui contient tous les sens du terme bienveillance. C’est un peu comme la beauté d’un diamant qui réfracte la lumière en plusieurs couleurs et dans plusieurs directions en même temps. Ps. 145:8: «Le Seigneur fait grâce, il est compatissant, lent à la colère et rempli de bienveillance. Le Seigneur est bon envers tous, et ses compassions s’étendent sur toutes ses oeuvres.» Être bienveillant, c’est agir avec loyauté envers une personne parce qu’on est attaché à cette personne et qu’on lui veut du bien. Quand la Bible déclare que Dieu est bienveillant, cela signifie qu’il agit conformément aux promesses qu’il a faites dans son alliance et qu’il le fait pour le bien de ceux et celles qui reçoivent sa faveur. Selon le livre des Psaume, la bienveillance de Dieu est immense et d’une richesse inépuisable! Ainsi au Psaume 17,7 David prie: «Toi qui sauves ceux qui cherchent un refuge, montre ta merveilleuse bienveillance.» Au Psaume36, 7, il s’exclame: «Combien est précieuse ta bienveillance, ô Dieu! À l’ombre de tes ailes les humains se réfugient.»

 

Accueillir la bienveillance de Dieu

Quelle doit être notre disposition devant tant de bienveillance de la part du Seigneur? Tout d’abord, nous sommes invités (invitation des prophètes, invitation contenue dans les épîtres) à lui faire davantage confiance. Nous ne voyons pas toujours la bienveillance de Dieu avec nos yeux. Certaines journées, il semble que sa bienveillance soit absente, alors qu’en réalité, elle nous accompagne chaque jour. Ensuite, nous avons à l’accueillir par la foi! David a déversé ses larmes devant Dieu en disant, dans le psaume 13, 6 : « Mais moi , j’ai confiance en ta bienveillance, mon coeur est dans l’allégresse; je chanterai Yahvé, car il m’a fait du bien.» Aceuillir la bienveillance de Dieu, c’est apprendre nous-même à devenir bienveillants. Or la bienveillance se manifeste notamment par l’accueillir. Devenir sans cesse des baptisés et des commaunautés accueillants… tel est l’une des invitation de ce temps de l’avent.

Catégories : Mot de Rodhain