Avez-vous jamais remarqué ? À Noël, nous devenons plus sensibles. Sensibles à la présence des autres, à la beauté et au charme de la vie, au bonheur des nôtres, aux situations de pauvreté… Durant cette période, des gestes de partage sont portés à l’incandescence. La musique et les chansons de Noël, à la radio, attendrissent nos cœurs et nos humeurs. Les murs des maisons et les cimes des arbres resplendissent de grappes de lumières tendues et des guirlandes scintillantes. La neige amoncelée habille le paysage de blanc, tandis que la brise hivernale mène le bal des flocons clairsemés. Magasins et centres commerciaux sont pris d’assaut : on recherche le cadeau le plus beau, le plus précieux et le plus royal qui sache entretenir la flamme de l’amour, de l’amitié, du lien familial… On s’échange des cartes de vœux, contenant des mots doux et tendres. On redécouvre soudain le sens du partage, l’importance de la famille, de l’amitié. Travailleurs et employeurs profitent pleinement de ce temps de réjouissance pour se retrouver autour d’un party inoubliable. Un très grand désir d’un Noël mémorable nous envahit.

 

Tout cela tient d’une histoire. Celle d’un Dieu qui a librement prit le risque de venir nous rejoindre pour nous apprendre qu’il est amour. Or l’amour est fait pour circuler. Plus il circule, plus l’amour fructifie. L’amour, c’est ce qui nous permet de fabriquer sans cesse des liens. Noël est donc une invitation que Dieu nous lance à semer autour de nous quelque chose qui ressemble à son cœur. L’invitation à ouvrir les chemins fermés ou trop encombrés. L’invitation à redresser ce qui est courbé et à intégrer ce qui est exclu. L’invitation à faire dilater le désir de vivre et d’aimer. En ce sens, c’est Noël tous les jours.

 

Chers paroissiens-nes, ce billet est mon tout dernier; il a la saveur d’un au revoir que nous nous disons. Avec ce billet je tourne la page de mon séjour parmi vous à Ste-Trinité afin d’ouvrir bientôt celle de ma nouvelle paroisse. Je salue votre amitié bienveillante et votre fécondité étonnante, d’un prix infini pour moi qui en ai bénéficié. Avec vous, je rends grâce pour la mangeoire de Bethléem d’où est sorti quelque chose de vraiment bon pour l’humanité. À Noël, Dieu nous a tout dit en son Fils. Mais nous n’avons pas fini de le découvrir et de nous en émerveiller. À chacun et à chacune de vous, à vos proches, je souhaite un très joyeux Noël rempli de paix et une très belle nouvelle année 2015 pleine de promesses surprenantes et heureuses !

Catégories : Mot de Rodhain