Quelle belle soirée! Elle se voulait tout en légèreté, mais l’Esprit en a voulu autrement. D’entrée de jeu, nous avons fait une liste des choses que nous aimons faire et qui nous font du bien, ces choses que nous repoussons trop souvent sous prétexte qu’elles ne sont pas obligatoires… Après les avoir énumérées, nous avons pris l’engagement de prendre soin de nous-mêmes et de nourrir notre quotidien de ces petits moments.
Par la suite, nous avons pris le temps de définir l’optimisme. Pour nous, il s’agissait de la capacité non pas d’ignorer le négatif, mais de se concentrer sur le positif.
Nous avons poursuivi avec un échange pendant lequel nous prit un défaut pour en regarder l’apport positif dans notre quotidien. Par exemple quelqu’un d’impatient trouve systématiquement la façon la plus courte d’effectuer une tâche alors de son impatience nait la performance. C’est un exercice de changement de lunettes. Il en va de même pour les situations de nos vies que nous sommes appelés en termes d’opportunités plutôt que défis ou d’inconvénients.


Notre soirée s’est terminée par un temps de prières durant lequel nous demandions la force non seulement de voir le positif, mais aussi de l’être.

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie. »

Prière de Sainte François D’Assise

 

Pauline B. Racine

Catégories : à la maison des jeunes