Bonjour à tous et à toutes,

Imaginez-vous, voilà déjà un mois que je suis arrivé. Un mois déjà, que le temps passe vite. Je ne suis pas encore tout à fait installer mais nous le savons Rome ne s’est pas bâtie en un jour. Je suis de plus en plus reconnaissant que le Seigneur m’a choisi pour servir en votre présence.

 

La fin de semaine dernière, je vivais avec un groupe de femmes le 431e privilège d’entendre toutes ces femmes témoigner de leur cheminement de foi. Mais j’avoue, que samedi à quatre heure et dimanche matin, j’ai beaucoup pensé à vous les paroissiens et les paroissiennes de Sainte-Trinité. Quand nous sortons d’une fin de semaine de Cursillos, nous sommes remplis d’amour et nous avons le sentiment de faire partie d’une grande famille. J’avais hâte de revenir lundi matin pour mettre ce que j’avais reçu au service de ma grande famille de Sainte-Trinité. Je suis vraiment bien avec vous, je me sens privilégier de vous rencontrer de dimanche en dimanche mais aussi sur semaine, à la messe, au bureau et même chez vous dans votre quotidien. Merci de me faire sentir chez moi à Sainte Trinité en si peu de temps.

 

Je vous demande de prier pour moi. C’est toute une nouvelle expérience que je suis en train de vivre. Le ministère dans une grande paroisse urbaine comme Sainte-Trinité est très différent de celui des paroisses rurales. Dans la Petite-Nation, j’avais des petites équipes de bénévoles pour m’aider dans mon travail. Ici, c’est une grande équipe (personnes à la pastorale, marguilliers, comité de liturgie, un ange gardien, une agente de pastorale, une secrétaire, des chorales, des organistes, pianiste, etc.) qui travaille à ce que tous les paroissiens et paroissiennes puissent vivre et cheminer à la manière de Jésus. Je tiens à les remercier d’être présents et attentifs aux besoins du curé comme aux besoins de toute la pastorale voire toutes les pastorales. Avec eux, je suis en train de regarder et d’estimer de travail accompli. J’ai le goût comme curé de prendre le temps de comprendre les différents enjeux pour donner un second souffle à la paroisse. Je suis entré dans les souliers de Rodhain mais avec vous tous et toutes, je veux marcher dans mes propres souliers…

 

Je fais confiance au grand Cordonnier et je lui demande de bénir chacun et chacune de vous.
Merci !

─ Charles Mignault

Catégories : Mot de Charles