Bonjour à tous et à toutes,

J’ai toujours aimé le mois de septembre. Le mois de la rentrée, des nouveaux départs et même de nouveaux projets. Combien de fois, nous disons, juste avant les vacances, nous en reparlerons en septembre ou bien nous débuterons en septembre. Alors nous y voici ! Le gros changement de la rentrée est effectivement le changement de l’heure des messes dans notre paroisse Sainte-Trinité. Même si elle commence en fin de semaine, déjà depuis quelques semaines je vois des gens de SMG à SRG et vice-versa. On me parle beaucoup de la TRACK comme une barrière entre les deux églises. J’espère que les paroissiens et paroissiennes de notre belle et grande paroisse ne se laisseront pas intimider par ces passages à niveau qui coupent notre territoire. L’accueil et le respect doivent être notre leitmotiv. Chacune des communautés a ses couleurs et ses façons de faire, il faut les respecter. C’est à travers nos différences que nous sommes en mesure de nous accueillir. Le fait que ce soit le curé qui préside les trois messes probablement qu’il aura avec le temps une certaine façon de faire qui se ressemblera de plus en plus. Mais, il ne faut rien brusquer !

L’Équipe de pastorale et le Comité de liturgie ont repris leurs activités. Nous allons fêter la rentrée pastorale à la paroisse Sainte-Trinité le 27 septembre à 11 h à l’église Saint-René-Goupil. Pour l’occasion, il n’y aura pas de messe à 9 h 30 à l’église Sainte-Maria-Goretti. Lors de cette célébration, il y aura la bénédiction des sacs d’école et le début de la liturgie des petits. Ce qui me fait penser ! Je veux m’excuser auprès de Martin Laroche et sa petite fille Léa pour ce qui s’est passé la semaine dernière. J’ai reçu quelques courriels qui m’ont relaté l’incident. Je veux assurer tout le monde que tous les enfants sont les bienvenus à la paroisse Sainte-Trinité et qu’ils sont chez eux tout comme leurs parents dans nos églises. J’ai compris cela à ma première messe de Noël comme prêtre. Il y avait un bébé qui pleurait et je sentais que ça dérangeait certaines personnes. L’Esprit m’a inspiré cette parole : « Rendons grâce à Dieu pour ce bébé qui pleure… Il nous fait comprendre que le mystère de l’incarnation ne s’est pas fait dans un petit Jésus de cire. Dans l’étable à Bethléem, Jésus devait pleurer aussi fort.»

Soyons bon comme le Père est bon !

Je suis heureux de commencer cette nouvelle année pastorale avec vous. Nous avons beaucoup de pain sur la planche. Par ailleurs, je fais mienne cette adage que Raymond notre président de Fabrique m’a répété un jour : « Charles, Rome ne s’est pas bâtie en un jour ! » C’est certainement mon enthousiasme qui me fait vouloir faire tout en même temps. Respire Charles, respire !

Charles Mignault.

Catégories : Mot de Charles