Réflexion sur Noël

Mais je ne suis pas prête…

Décembre est déjà là… Noël est à nos portes…

La neige est arrivée mais je ne suis pas prête…

Les courses sont terminées et le garde-manger est bien rempli mais je ne suis pas prête…

 

Les cadeaux sont achetés mais je ne suis pas prête…

Les cadeaux sont emballés mais je ne suis pas prête…

Le sapin est fait et scintille de milles feu mais je ne suis pas prête…

Les cartes sont écrites, les précieux mots pour des gens qui le sont tout autant composés mais je ne suis pas prête…

 

Les chants ont été répétés et les célébrations bien organisées mais je ne suis pas prête…

Noël est là mais je ne suis pas prête…

Pourtant tout est prêt mais je ne le suis pas…

J’ai fait de la place dans ma maison pour bien des choses mais je n’ai pas pris le temps d’en faire en moi pour tout ce que j’aurai à accueillir durant cette période des fêtes…

 

Cette nuit, je reste là, les yeux ouverts sur un mystère incroyable: l’incarnation. N’est-il complètement fou ce Dieu de me confier son Enfant à moi qui ne suis pas prête à le recevoir??? Pourquoi être venu pour moi? Pourquoi choisir de m’offrir ce que tu as de plus précieux: ton Fils??? C’est de la folie… Un Dieu qui veut partager mon humanité… Wow… Ça c’est de l’amour… Cette nuit je continus à réfléchir à tout cela, à cette chance que j’ai d’être aimée malgré tout, ce privilège que j’ai d’être choisie pour l’accueillir même si je ne suis pas prête…

Pauline B. Racine

Liturgie pour enfant du 16 novembre

 Suggestion de prière à faire avec vos enfants ou vos petits-enfants cette semaine:

Jésus, je suis un trésor! Tu as mis en moi des talents.

Aides-moi à les mettre au service de ceux que j’aime pour les rendre heureux.

Merci Jésus!

Inspiré de : Marc 25, 14-30

 

─ Pauline B. Racine

Résumé – D-Tour du 14 novembre

Un gros thème qui nous a été demandé par Élyse. Une belle soirée d’échange qui a débuté par cette parabole des temps moderne :

C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de questions. Un jour, il va voir son grand-père considéré comme le vieux sage du village. Il lui demande « Dis-moi, Grand Père, qu’est-ce qu’un Homme ? ».  

Alors son grand-père, avec ses mots, l’emmène en voyage. Il lui parle des immensités des steppes, des loups qu’on y trouve. Il lui raconte le loup noir, sombre, envieux, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat avec les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue. Il lui raconte aussi le loup blanc, accueillant, lumineux, solidaire et rieur, qui joue dans la neige, se montre au soleil, protège les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.

Puis il lui dit : « Tu vois, l’Homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter. »

L’enfant réfléchit et lui demande : « … et c’est lequel qui gagne ? »

Alors, le vieux lui répond doucement : « Celui qui gagne, …… c’est celui que tu nourris. »

Les jeunes ont ensuite échangé sur comment ils se sentent en général et comment ils gèrent ces situations où ils sont appelé à être résilients. Ce fut un bel échange et la sagesse de ce groupe de ne cesse de m’émerveiller. « Tsé Pau (c’est moi ça.. Pauline) à un moment donné, faut laisser aller… « let go and let God » » (Lâche prise et laisse Dieu s’en occuper…) C’est fort quand même!

Nous avons conclu avec la prière de la sérinité. Une belle soirée! Merci Élyse pour ton aide à l’animation et ton leadership!

─ Pauline B. Racine

Lancement de mon livre

Bien chers amis paroissiens et paroissiennes, je suis heureux de vous inviter au lancement de mon livre : François rebâtis mon Église. Le pape et l’héritage de François d’Assise, publié aux éditions Médiapaul de Montréal. Cet événement aura lieu le 17 novembre à 19h à l’église St-René-Goupil, 400 rue Raymond, Gatineau. Ouvert à tous et à toutes.

Il y a en effet quelques mois, la maison d’éditions Médiapaul m’avait contacté et demandé d’écrire un livre sur le nouveau pape argentin. Un homme si simple et si bon qu’on a envie de l’embrasser. Sa vie semble être polie par le torrent de l’Esprit. Homme de joie, il trace les sillons d’une Église joyeuse.

Au plaisir donc de vous revoir à cette soirée de lancement. Un léger goûter sera servi. On pourra se procurer le livre sur place. Il sera également disponible à la librairie Fréchette. Je saisis également cette occasion pour vous annoncer que la maison d’éditions française «Karthala» publiera à la mi-novembre 2014 un autre essai que j’ai écrit, dont le titre est : Joseph Albert Malula : liberté et indocilités d’un cardinal africain (1917-1989). Cet homme fut un grand artisan de l’Église africaine et une figure héroïque de la résistance contre la dictature féroce et furieuse que connu le Congo sous Mobutu. Aussi, autant qu’il a pu, il a milité activement contre tous les lieux et toutes les situations d’inhumanité.

Croire, comme aimer, est une affaire de confiance

La Parole de ce dimanche étonne par le nombre de fois où le verbe «confier» revient. « Un homme (appelé aussi «maître» et «Seigneur»), qui part en voyage, appelle ses serviteurs et leur confie ses biens ». Le verbe confier revient au moins cinq fois dans cette parabole. Je tiens à faire remarquer que ce verbe (confier) est de la même racine que les termes français «confiance», «fidélité», «fidèle», «foi», etc. Le mot «confier» est formé de deux mots latin : « con- » (pas le gros mot) qui signifie avec et « fidere » signifiant croire, avoir foi. Faire confiance à quelqu’un c’est justement croire que cette personne est fiable.

Avez-vous jamais remarqué? Dans la vie (que ce soit en amitié, en amour, au travail, dans la relation aux autres…), il n’y a rien de plus exaltant que de savoir que quelqu’un nous fait confiance. Lorsqu’on a confiance en quelqu’un, on ne craint pas de se tromper, d’être original et de prendre de l’initiative. Aussi, c’est quand on est en confiance » que l’on peut aller plus loin dans la vie. Par contre, si l’on a le sentiment que quelqu’un ne nous fait pas confiance, la peur s’installe rapidement; on n’ose pas prendre de l’initiative. L’évangile d’aujourd’hui nous rappelle que Dieu nous fait confiance de manière admirable et absolue. Savons-nous, en retour, lui donner une confiance réciproque ?