Résumé – Brebis et Agnelets du 21 mars

11041821_10153078215070170_6626863626521896002_n

Samedi dernier, nous avons vécu une très belle rencontre durant laquelle nous avons ensemble visité les jours saints. Nous avons commencé notre expérience par le lavement des pieds (mains) durant lequel les enfants ont été appelés à réfléchir sur le sens du service. Jésus, le fils de Dieu, nous invite à faire comme lui et à nous mettre au service de notre prochain. Ils ont inscrit sur un papier un service qu’ils aimeraient rendre durant le carême et le nom de la personne à qui ils aimeraient faire plaisir.

Par la suite, nous avons pris un temps pour comprendre le sens profond de l’eucharistie. Par son corps, dans le pain, Jésus nous offre sa présence totale et complète et par son sang, dans le vin, Jésus nous offre sa vie pour que nous vivions de la sienne.

Puis nous sommes allés prier au jardin des oliviers et voilà notre prière: « Jésus, tu es le bon berger et je suis ta petite brebis.Apprends-moi à rendre service, à reconnaitre ta présence, à prier ton Père et à pardonner comme toi. Merci Jésus! »
Nous avons ensuite évoqué la peur de l’inconnu qui mène à l’insécurité. Cette crainte profonde et l’incompréhension qui ont mené Jésus à la croix.

Ensuite, nous avons parlé de sa mort et de notre espérance comme chrétiens, nous qui connaissons la fin de l’histoire. Nous avons aussi abordé l’attente du samedi pour terminer sur la joie de la résurrection qui nous pousse à aller crier combien Dieu est grand!

En cette période de carême…

Bonjour à tous et à toutes,

Cette période de carême que nous vivons d’année en année est pour moi un moment très particulier. C’est un Vendredi saint qu’a commencé ce qui allait changer ma vie pour toujours. J’étais assis dans mon salon et je suis tombé sur une émission qui s’appelait Vêpres pour le Vendredi saint par les moines d’Oka (je ne sais pas si c’est le titre exact) mais je sais ce que cela a fait dans ma vie. J’avais déjà en 85 fait une retraite à Saint-Benoît, j’avais cru entendre un appel du Seigneur mais j’avais «raccroché» très rapidement. Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas nous engager. Mais ce Vendredi saint en regardant ces moines cisterciens prier ensemble, il se passait vraiment quelque chose de particulier. Le témoignage de moines qui était inséré entre les psaumes m’interpelait comme rarement je l’ai été dans ma vie. Je voulais être moine. Onze années plus tard dans sa grande patience le Seigneur m’appelait encore. Cette fois je n’ai pas raccroché et j’ai décidé de l’écouter jusqu.au bout… Et je l’écoute encore et toujours ! Ainsi, je venais de m’engager dans la voie complexe et laborieuse du discernement spirituel et vocationnel.

 

Cela a pris 13 ou 14 années pour que je lui dise un OUI libre et sans réserve. Et je redis ce OUI à chacune des eucharisties que je préside. Machinalement… ? Depuis janvier, trois personnes m’ont demandé de leur raconter mon cheminement vocationnel et comment tout cela a commencé. Évidemment, c’est toujours la même histoire mais dernièrement quand je la raconte une émotion toute spéciale me réchauffe le cœur. Est-ce que je vis présentement un nouveau départ comme curé à la paroisse de Sainte-Trinité. Probablement ! Je suis certain que si je suis avec vous c’est parce que le Seigneur voulait qu’on se rencontre. Ces trois personnes (une trinité) m’ont fait revivre l’essence même de mon appel. Je leur en suis très reconnaissant. En ce dimanche où nous méditerons sur la transfiguration de Jésus sachons le regarder tel qu’il est car c’est ce à quoi nous sommes appelés, devenir des transfigurés dans l’amour de Dieu ; Père, Fils et Esprit Saint.

 

Voilà notre vie chrétienne, nous vivons des choses des fois belles et grandes des fois difficiles et fatigantes mais sans le savoir des personnes sont mises sur notre chemin pour nous permettre de retrouver l’essentiel et de nous faire un retour ou se retourner vers Celui qui nous aime tant. Sachons ACCUEILLIR toutes ces occasions comme une émission de télévision un Vendredi saint ou ces personnes que nous rencontrons et qui nous demandent d’être des témoins.

 

Joyeux carême !

─ Charles Mignault