Je veux...

Voici quelques items populaire sur notre site web.

Consulter le calendrier

Vous aimeriez vous renseigner des activités de la communauté. Consulter notre calendrier des activités de la paroisse.

Lire le semainier

J'aimerais consulter le bulletin hebdomadaire de la paroisse. Cliques ici!

M'engager à la paroisse

J'aimerais aider à préparer les enfants. Je voudrais offrir mes service à la messe. J'aimerais aider les démunis.

M'inscrire pour un sacrement

Je veux faire baptiser mon bébé. Je veux inscrire mon enfant à la première communion. Je veux recevoir la confirmation. Je veux me marier à Ste-Trinité.

Demander un copie d'acte de baptême

J'ai besoin d'une copie de mon acte de baptême que j'ai vécu à Ste-Trinité (Saint-René-Goupil, Saint-Jean-Marie-Vianney ou Sainte-Maria-Goretti).

Louer une salle

J'aimerais louer une salle à une de nos église pour une célébration, un rassemblement ou une fête.


Pâques de conversion ou Pâques de consommation ?

J’avoue que je suis un peu angoissé en ce Samedi saint. En temps normal, je serais en train de peaufiner les célébrations de la Veillée pascale et du dimanche de Pâques, mais, aujourd’hui, je fais face à un grand vide intérieur et extérieur. Je suis dans une grande réflexion où je me pose plein de questions. Devons-nous poursuivre nos célébrations sur Facebook et sur notre page Web ? Devons-nous absolument ajouter notre voix à toutes celles qui sont déjà présentes – dont certaines sont des plus pertinentes – sur les réseaux sociaux ? Est-ce que les paroissiens et paroissiennes ont vraiment besoin de voir leur pasteur sur les réseaux sociaux en ce temps de confinement ? Je porte ces questions depuis ma sortie de quarantaine. En acceptant le vide qui m’habite, cela m’a permis de prendre la décision suivante ne pas mettre les célébrations de la Veillée pascale et du dimanche de Pâques sur les réseaux sociaux, ni par Zoom, ni par aucun autre moyen technologique. L’Esprit Saint s’est servi de ce vide intérieur pour m’inspirer de retourner à une réflexion qui m’habite depuis longtemps ; celle de la conversion en rapport avec la consommation.

Depuis un bon bout de temps, je me suis demandé comment amener mes paroissiens à se convertir sans avoir tant à consommer ? Je sais que nous avons été habitués à fréquenter l’Église pour recevoir. Recevoir les sacrements – ce qui est bien en soit – mais nous sommes passés, inconsciemment peut-être, de celui qui reçoit à celui qui consomme. Nous ne recevions plus les sacrements comme un don de Dieu et de l’Église, mais comme un produit de consommation dont le résultat nous permettait d’avoir accès à Dieu. Et comme tout bon consommateur nous exigeons des services de qualité, d’avoir accès aux sacrements selon nos habitudes, nos inclinations à la piété et notre commodité. Peut-être avons-nous tellement insisté sur les moyens que nous avons perdu de vue l’objectif des sacrements – don de Dieu et de l’Église – celui d’approfondir notre relation avec Celui qui nous a tant aimés. Quand ceux-ci ne sont pas disponibles, les consommateurs sont déroutés. Heureux moments, qu’il nous est offert pour vivre ce manque et vivre une authentique conversion.

Pour certaines personnes, de ne pas pouvoir se confesser et de communier pendant le temps pascal, est un réel drame. J’ai dû répondre à plusieurs appels à ce sujet et je remercie Monseigneur Durocher d’avoir publié une note pour rassurer les diocésains et diocésaines. Oui, je sais les célébrations aux temps forts de l’année liturgique nous permettent de vivre notre foi. Mais notre foi ne devrait-elle pas être plus grande que les célébrations ? Quand nous avons le privilège de recevoir les sacrements comme don de Dieu et de l’Église, nous devons aller jusqu’au désir de Celui qui donne.
J’ai repensé au baptême de Jésus dans Matthieu quand il demande à Jean de le baptiser. Jean lui répond : « « C’est moi qui a besoin d’être baptisé par toi et tu viens à moi ? » Jésus lui répondit : « Laisse faire pour le moment ; il convient que nous accomplissons ainsi toute justice. » Alors, Jean le laissa faire. » (Matt 3, 14-16) C’est toute une conversion que Jean a dû faire ; lui qui attendait enfin d’être baptisé par le Seigneur. Cette parole de Jésus a retenti dans mon cœur ce matin « Laisse faire pour le moment ! » C’est comme si Jésus m’avait dit : « Charles, fais-moi confiance pour le moment. » Tout comme Jean, j’ai dû laisser de côté mes habitudes, mes désirs de célébrer Pâques, de consommer, j’ai dû me convertir à cette nouvelle réalité de confinement qui fait que les églises sont fermées. J’ai dû faire confiance au Seigneur et lui abandonner tous mes paroissiens et paroissiennes. Que ceux-ci et moi-même étions à Lui et qu’il était là présent au cœur de notre vie et de notre confinement. « Trouver dans ma vie ta présence, tenir une lampe allumer, choisir d’habiter la confiance, aimer et se savoir aimé. » Comme dit la chanson de Gianadda. En ce temps de confinement, ce sont de très belles paroles qui me réconfortent. Et puis…

L’Esprit m’a fait penser au texte de saint Bonaventure que nous lisons à l’Office des lectures le 15 juillet lors de sa fête. C’est une méditation qui me rassure toujours et qui me calme. Elle me ramène toujours à l’essentiel du cœur. J’en cite un passage :

« Aujourd’hui avec moi tu seras dans le paradis. En cette traversée, si l’on veut être parfait, il importe de laisser là toute spéculation intellectuelle. Toute la pointe du désir doit être transportée et transformée en Dieu. Voilà le secret des secrets, que personne ne connaît sauf celui qui le reçoit, que nul ne reçoit sauf celui qui le désire, sinon celui qui au plus profond est enflammé par l’Esprit Saint que le Christ a envoyé sur la terre. Et c’est pourquoi l’Apôtre dit cette mystérieuse sagesse révélée par le Saint Esprit.
Si tu cherches comment cela se produit, interroge la grâce et non le savoir, ton aspiration profonde et non pas ton intellect, le gémissement de ta prière et non ta passion pour la lecture, interroge l’Époux et non le professeur, Dieu et non l’homme, l’obscurité et non la clarté ; non pas ce qui luit, mais le feu qui embrase tout l’être et le transporte en Dieu avec une onction sublime et un élan plein d’ardeur. Ce feu est en réalité Dieu lui-même dont la fournaise est à Jérusalem. C’est le Christ qui l’a allumé dans la ferveur brulante de sa Passion. »

En ce Samedi saint, en cette Veillée pascale et en ce dimanche de Pâques où que nous soyons confinés, interrogeons la grâce, notre aspiration profonde, le gémissement de notre prière, l’Époux… Faisons confiance à la Sainte-Trinité qui nous aime tant et soyons assurés qu’il est vraiment ressuscité. Frères et sœurs que celle-ci nous bénit, elle qui est Père, Fils et Esprit Saint. Amen.

Votre curé, Charles.

Rencontrez notre équipe

En plus de 250 bénévoles qui viennent soutenir les oeuvres de la paroisse, celle-ci est soutenue par les personnes suivantes:
Charles Mignault

Charles Mignault

Prêtre-curé

Charles est le curé de notre paroisse depuis 2014. Il fait paitre la communauté Sainte-Trinité dans les divers ministères qu'il exerce dans la paroisse.

Marie Line Simard

Marie Line Simard

Coordonnatrice des activités paroissiales et bénévoles

Avec ses multiples talents et son expérience en gestion de projet et d'informatique, Marie Line prête main forte à la paroisse en soutenant nos bénévoles dans toutes les activités que prennent en main la paroisse.

Mireille Cadieux

Mireille Cadieux

Agente de pastorale

Mireille est une agente pastorale chevronnée avec une vaste expérience dans le milieu paroissial et hors-paroisse. Elle contribue directement à toutes les pastorales de Ste-Trinité.

Raymond Laurin

Président de l'Assemblée de la Fabrique

Détenant plusieurs années en gestion, Raymond préside le Conseil de Fabrique afin d'aider notre paroisse à obtenir les ressources nécessaires pour continuer sa mission.

Monique Beauchamp

Monique Beauchamp

Secrétaire et responsable de la comptabilité

Répondre au téléphone, accueillir les gens, gérer les affaires quotidiennes du bureau, Monique aide le curé et la coordonnatrice dans les activités quotidiennes de la paroisse.

Pierre-Paul Périard

Pierre-Paul Périard

Diacre

Pierre-Paul a été ordonné diacre le 22 mai 2015. Il est marié et retraité de la GRC. Pour mission, il oeuvre à titre de chancelier pour le diocèse.

Jacques Bertrand

Jacques Bertrand

Diacre

Jacques a été ordonné diacre le 26 janvier 2018. Il porte la mission jeunesse ainsi que la l'évangélisation aux adultes pour mission diaconale. Il est marié et père de quatre enfants.

Actualités de notre paroisse

Trouvez ici les dernières nouvelles de notre paroisse.